”Quel journalisme pour une Côte-d’Ivoire rassemblée” tel est le thème de la 22ème  nuit des Ebony ou le week-end des Ebony qui se tiendra, les 4, 5 et 6 décembre 2020 à l’hôtel président Yamoussouko. Marie Laure N’Goran en sa qualité de   présidente du comité d’organisation, prend un engagement à impliquer la femme journaliste à qui elle demande de  faire découvrir son talent en s’inscrivant pour la compétition.

Il s’agit des grandes innovations des Ebony ou wee-kend des Ebony dont l’objectif est de montrer la valeur du journalisme, la qualité et l’importance du métier dans toute sa diversité. C’est pour cela, la présidente du comité d’organisation et 2e vice-présidente de l’UNJCI  souhaite l’implication massive des femmes journalistes dans le processus  de la compétition du meilleur journaliste ou Super  Ebony. Marie  Laure N’Goran fait savoir que la place de la femme dans le milieu du journalisme est très importante grâce à son sens de responsabilité dans ce qu’elle fait. Pour elle, la femme doit s’investir dans le dynamisme des évènements des Ebony en s’y inscrivant, afin de faire valoir son métier et faire découvrir son talent.

Elle demande donc aux femmes journalistes d’être dans les normes afin de pouvoir participer à ce week-end des Ebony.  ”Les femmes doivent avoir leur deux cartes professionnelles de journalistes, c’est à dire la carte UNJCI et la carte CIJP afin de saisir cette opportunité, les femmes journalistes doivent postuler pour montrer leur savoir-faire, pour se valoriser et se repositionner dans le milieu du journalisme. Je vous encourage à produire des articles de qualité pour gagner les meilleurs prix ou  pour être à la hauteur avec le prix de Super Ebony, il est temps que vous vous mettez au travail et dans les conditions” encourage-t-elle. Avant de donner le programme de séances de travail et de moments de réjouissances au cours de ce week-end des Ebony à Yamoussoukro.

La journaliste présentatrice de la télévision Ivoirienne a rappelé qu’il y aura un panel avec l’exposition des livres et romans conçus par les journalistes suivis de débats, il aura aussi un jeu de course des grands coureurs journalistes, les journalistes rendront ensuite une visite touristique aux tisserands de Bomizambo.

Le président de l’UNJCI Jean-Claude Coulibaly a pour sa part donné le sens du thème de l’événement. ”Quel journalisme pour une Côte-d’Ivoire rassemblée” Pour lui c’est un thème qui implique les journalistes à élaborer les travaux dans le but d’apaiser, réunir et permettre aux Ivoiriens de vivre ensemble pendant et après les élections présidentielles. ”Nous sommes la voix des sans voix, nous sommes la lumière de la société, c’est notre manière de contribuer à l’apaisement des tensions, cela nous interpelle sur les règles de l’éthique et la déontologie de notre métier” a-t-il rappelé.

HORTENSE KOUAME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *