”Covid-19 et programmation artistique: impacts et résilience” tel est le thème autour duquel a été organisée une table ronde par le  groupe Awalé Afriki et le Centre National des Arts et de la Culture (CNAC) dans les locaux de CNAC à Treichville. Les acteurs de la programmation artistique en Côte d’Ivoire décident de se dresser face à cette pandémie avec de nouvelles stratégies et perspectives pour le  rebondissement des activités.

Pour eux le covid-19 n’est qu’un virus qu’ils doivent vaincre coûte que coûte. Se rappelant des moments forts de la pandémie avec la fermeture des frontières et des lieux d’activités, le monde des arts et cultures a été négativement impacté. Ils prévoient que les spectacles se feront de façon digitale et seront payants au cas où la pandémie persiste.

”Nous avons créé des plates formes d’échanges pour parier à cela, le covid-19 vient de nous montrer les limités et cela nous permettra de travailler dur à la satisfaction de tous. On a un plan B, on a du numérique on n’a pas l’intention de fermer nos portes, le covid-19 nous a ouvert les yeux, il faut continuer de travailler malgré les obstacles. Nous avons donc prévu un projet, c’est un monde d’échanges professionnels, l’art n’est jamais mort, nous ne fermerons pas nos portes, nous vaincrons le coronavirus” a indiqué Zié Coulibaly Directeur Délégué de l’Institut français Côte d’Ivoire.

Quant à Madame Doua  coordinatrice du MASSA, après avoir toucher du doigt les difficultés liées à covid-19, elle a  fait comprendre l’importance et la porté de l’art et culture surtout dans le domaine du tourisme.  ‘‘L’art c’est une chose qui est fondamentale, le MASSA se tiendra les jours à venir, nous avons déjà mis en place des projets, il faut que l’art se vie en Live, nous ne laisserons pas tomber les artistes, les prestations se feront selon nos projets et je sais que nous allons y arriver. Nous souhaitons qu’une solution soit trouvée au plus vite, le live est vraiment très important et au MASSA nous donnons l’occasion aux artistes de s’exprimersouligne-t-telle.

Dr. Liazere Élie Kouadio, Directeur Général de CNAC par ‘ ailleurs Professeur d’Etudes Théâtrales et Cinématographiques l’UFRICA Cocody, pour sa part a livré des projets  pour l’avenir de la jeunesse artistique et pour la valorisation de l’art et culture en Côte d’Ivoire. Désormais les centres de formation de l’enfance au plus grand seront ouverts.

‘‘Au CNAC il y a des priorités qui s’installent et qui nous obligent à agir, on a commencé un certain nombre d’activités, il fallait que les arts ne soient pas considérés comme mineurs, on a commencé à mettre en place des marcheurs et des écoles de cultures à tout âge. En plus on a entamé les ateliers de formation, on va faire des spectacles payants.  L’État nous a donné l’autorisation de travailler en agissant contre la pandémie, on doit vivre avec le covid-19 surtout en respectant les consignes. Les activités ne doivent plus s’arrêter’’. Ils entendent préserver une liberté artistique et culturelle et maintenir la politique culturelle qu’ils se sont assignées.

 Hortense Kouame

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *