Pulchérie Gbalet Édith, la présidente nationale de  l’Alternative Citoyenne Ivoirienne-ACI,  pour avoir appelé et activement participé à la marche de protestation contre le 3ème  mandat du président actuel ivoirien Alassane Ouattara est aux arrêts, depuis quelques   jours. Les appels  pour sa libération se multiplient.

Pulchérie Gbalet Édith, est présentée comme une des femmes engagées pour la paix et la stabilité. Elle fait partie des citoyennes dévouées qui disent non à l’injustice, à la violence, au boycott constitutionnel. Et   aussi qui s’engagent pour la promotion de droit de l’homme. Elle est arrêtée les dernières manifestations du 13 aout pour avoir suivi l’organisation et participé à la marche contre un 3ème  mandat du candidat Alassane Ouattara, actuel président ivoirien en poste, depuis 2010.

 »Libérez Pulchérie Gbalet », tel est désormais le cri de cœur des ivoiriennes. Elles réclament la liberté des prisonniers de la dernière manifestation, et la garantie de la liberté d’expression. Selon elles   mettre une personne en prison parce qu’elle réclame la justice, est une forme de torture, de violence et de dictature.

 »Nous réclamons la fin de la souffrance des ivoiriens. Qu’on nous mette tous en prison, mais nous ne nous laisserons pas ébranler par cet abus de pouvoir à infliger aux ivoiriens, la lutte continue... » clament les manifestants. Toutes les structures de la société civile veulent sa libération.

Hortense KOUAME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *