7-5-2019 (femmesinfos.ci) Engagée par le Gouvernement, la réforme du droit des successions, fera désormais de la femme légitime, un « héritier réservataire » qui ne pourra plus, au même titre que les enfants, être écartée de la succession d’un époux défunt. C’est la principale information qui se dégage de la présentation des projets de lois sur le mariage, la succession, la minorité et la filiation faite par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Sansan Kambilé, aux Conseillers économiques, sociaux, environnementaux et culturels, le lundi 6 mai 2019.

Cette réforme vient ainsi réparer une injustice longtemps faite au conjoint survivant, notamment aux femmes qui, quoique contribuant à l’acquisition des biens, sont dans la loi actuelle sur les successions, classées dans le dernier ordre d’héritiers. Le conjoint n’hérite qu’à défaut d’enfants, de père et mère, de frères et sœurs du défunt

« Désormais, celui-ci (le conjoint), tout comme les enfants, est un héritier réservataire (Ndlr : héritier qui a nécessairement droit à une part de la succession). Il hérite du quart de la masse successorale en concours avec les enfants », a expliqué le Garde des Sceaux.

Le nouveau texte ajoute qu’à défaut d’enfants, le conjoint survivant recueille la moitié de la succession en présence, soit des père et mère, soit des frères et sœurs. Et que lorsqu’il n’y a ni enfant, ni père et mère, ni frères et sœurs du défunt, le conjoint survivant recueille la totalité de la succession. Il fait également désormais du tribunal le seul organe, à l’exclusion de tous autres, habilité à déterminer la qualité des héritiers d’une personne décédée. Et cela en raison du caractère généralement litigieux de la succession.

Le projet de loi réduit aussi le délai pour accepter ou répudier une succession à un an au lieu de 30 ans, afin de clarifier rapidement l’intention des héritiers de sorte à permettre aux tiers qui ont un intérêt, de faire valoir leurs droits dans un délai raisonnable.

Sonia Traoré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *