14-6-2019 (femmeinfos.ci) C’est la somme de 6 milliards Fcfa que la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) exige comme compensation pour s’arrimer à la Couverture Maladie Universelle (CMU). L’information a été révélée le jeudi 13 juin 2019, par son président Mesmin Comoé, lors d’un point de presse, en marge de l’Assemblée Générale Ordinaire de cette organisation qui se tenait à la bourse du travail de Treichville.

Selon Mesmin Comoé, en effet, l’arrimage de la Mugefci à la CMU doit être conditionné à une contribution substantielle de l’Etat, au risque pour les fonctionnaires et agents de l’Etat de n’offrir que ce que les moyens de la mutuelle permettront. Toute chose qui contribuera à dégrader le niveau de prestation actuellement offerte.

Puis, d’ajouter que si l’Etat apporte une contribution à l’image de ce que l’employeur privé s’est engagé à faire, en supportant 50% ou en apportant une subvention d’équilibre à la Mugefci, l’on aboutirait à un arrimage intelligent, de sorte à rendre la Cmu opérationnelle et efficace. Il a souligné, dans la foulée, que des pays comme le Mali, le Gabon et le Togo ont déjà expérimenté cette compensation, avec à la clef, un niveau de cotisation de l’Etat de 3,5% fixé par un décret et qui équivaut au montant du salaire du travailleur.

Mieux, le président de la Mugefci estime que ces cotisations s’élèvent jusqu’à 17,5% dans des pays comme le Rwanda. « Nous pensons que l’Etat peut le faire et puis, on est quand même dans l’implémentation de la politique sociale de l’Etat. Trouver 6 milliards Fcfa pour compenser ce que nous demandons, le Gouvernement de Côte d’Ivoire est capable de le faire, nous voudrions que le Gouvernement de Côte d’Ivoire soit attentif à la requête des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire », a-t-il exhorté.

Sonia Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *