‘‘Pourquoi on ne ferme pas le secteur du transport et les marchés, pourquoi c’est toujours nous, c’est parce qu’on ne vaut rien. Ce n’est pas juste,  nous allons aller à la table de discussion avec les autorités »

Le président Gnawa Josué trouve que le gouvernement ivoirien traite leur secteur de façon injuste favorisant les transporteurs et les marchés dans leur fonctionnement en cette période de pandémie du coronavirus. Il a donc décidé d’aller à la table de discussion avec la haute autorité afin de trouver des voix idoines pour faire fonctionner son secteur. Mais il interpelle les acteurs à la bonne conduite et au respect des mesures barrières, lors de l’investiture, samedi 14 juin de Koutouan Joseph président de 5 sous-sections à Yopougon. Il s’agit des sections de Siporex, Sojefia, Sable, Gabriel gare, Wassakara.

Pour alléger la souffrance des acteurs du secteur des restaurants et maquis, les propriétaires desdits établissements ont mis en place cette plateforme érigée en syndicat. En vue d’aider le gouvernement ivoirien dans sa lutte contre la propagation de la covid-19, ils ont dû initier un document plaidoyer soumis à Vincent Toh Bi Irié le préfet d’Abidjan. Comme leur porte-parole auprès de l’État, celui-ci a porté ledit document au plus haut niveau dans l’intérêt de rouvrir leur secteur d’activité fermé dès les premiers moments de la crise.

Chose faite, l’Etat ivoirien a ordonné la reprise des activités depuis le mois de mai 2020. Mais fort est de reconnaître que certains acteurs  du secteur ont été interpelés plus d’une fois par la gendarmerie nationale pour le non-respect des recommandations. Le président e de la platefrome Gnawa Josué et  son bureau sont intervenus auprès des autorités de la gendarmerie nationale pour libérer ces acteurs indélicats. Pourtant, depuis la semaine dernière, l’État a de nouveau recommandé la réduction du  nombre des usagers de 200 personnes à 50 personnes. Chose que Gnawa Josué trouve injuste.

«Or justifie-t-il, nous sommes le plus  gros pourvoyeur d’emplois. Nous employons près d’un million  de personnes, avec environ 60 mille maquis bars et restaurants dont 43 mille dans le grand Abidjan et plus de 20 mille à l’intérieur du pays. Nous employons plusieurs personnes et nous sommes les plus forts mais c’est nous qui sommes les plus frappés  par les mesures du gouvernement » a-t-il indiqué. Il insiste sur le fait que leur secteur d’activité est le centre de l’économie.

C’est pourquoi il veut aller à table de discussion avec le gouvernement. Car d’après Gnwa Josué, si on marginalise leur secteur, c’est bien parce qu’ils ne sont pas organisés.  » On nous combat parce qu’on ne vaut rien, on n’est pas organisé. Ensemble nous serons encore plus forts. Donc adhérez-vous massivement. Ne vous sous-estimez surtout pas. Donnez-vous de la valeur parce que vous êtes les meilleurs et le gouvernement le sait ». Pour lui, L’État doit  traiter tous les secteurs d’activité sur un même pied d’égalité. Il pense que Les transporteurs ne pourront jamais respecter les mesures barrières encore moins les commerçantes du marchés.

Le secrétaire national, après avoir fait l’historique de la conception de la plateforme, a rappelé l’importance de la carte et de la portée d’adhésion à la plateforme.  Il souhaite que l’État traite «tous ses enfants» de la même manière. Après avoir déploré cette injustice, Borget Jacques indiqu’avec plus de 10 adhérents, ils ne seront plus méprisés.  »Désormais nous serons plus forts parce que nous existons, la carte de membre est notre assurance vie, notre défendeur de droit, notre assurance maladie, notre portefeuille bancaire » a-t-il rassuré.  Le nouveau président, Koutouan Joseph quant à lui, a promis de continuer la sensibilisation dans son entourage sur les mesures barrières et faire fédérer assez de membres à la plateforme.

HORTENSE KOUAME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *