Le bureau national de la plateforme des maquis bars et restaurants de Côte-d’Ivoire avec son président Gnawa Josué a joint ses propos à l’acte en libérant les tenanciers de restaurants qui étaient en garde à vue  à la gendarmerie de Yopougon. Et ce, pour violation des  règles de restriction, dimanche 24 mai.

Juste, après l’investiture du président de Ndotre Abobo, la délégation du bureau national de la plateforme des tenanciers des maquis bars et restaurants a volé au secours de certains des leurs, en garde à vue à la gendarmerie nationale de Yopougon. Pour indiscipline et violation des mesures barrières, leurs maquis ont été fermés avant qu’ils ne  soient mis au garde à vue samedi 23 mai. Gnawa Josué et son équipe, après une longue concertation et un plaidoyer auprès du commandant de la Brigade de la gendarmerie, obtiennent leur relaxe. Ils ont aussitôt reçu la permission de rouvrir leurs restaurants, mais cette fois dans le strict respect des mesures barrières.

La tournée de la plateforme porte sur la sensibilisation-formation au respect et à la pratique du document plaidoyer LM2D. Le syndicat de la plateforme a plusieurs défis à relever. Il est important et primordial de mobiliser d’abord assez d’acteurs de secteur. Les adhérents seront  pris en charge en cas de difficulté dans l’exercice de leurs activités. Une fois les 43.000 propriétaires et les acteurs adhérent, ils auront des avantages immobiliers, l’assurance maladie, la défense des droits des acteurs, l’intervention auprès des propriétaires de loyers et espaces. Leur voix sera portée auprès des  autorités par la plateforme. Le financement de projets d’accroissement de leur activité est annoncé. Pour ce faire, le président national Gnawa Josué exhorte tous les présidents des sections à identifier tous les maquis bars et restaurants en vue de leur adhésion.

«Je vous demande pardon, il est temps que vous vous adhérez. Celui qui ne le fait pas maintenant, il ne bénéficiera pas de notre dotation ” a-t-il insisté.

Le président de la section d’Abobo, Assi John, après son investiture, a libéré la voie en payant déjà 10 droits d’adhésion pour ses acteurs par tirage au sort. Il a été ensuite épaulé par monsieur Yao, un propriétaire de restaurant. Celui-ci a payé à son tour l’adhésion de 5 personnes. Déjà l’amour, la confraternité et la solidarité règne en leur sein.  20 acteurs ont été sélectionnés par le président Kader de la section d’Andokoi-Yopougon afin de sillonner, sensibiliser, recenser et identifier les maquis bars et restaurants pour l’adhésion. Une révolution organisationnelle créée par la crise du coronavirus en Côte d’Ivoire.

Hortense Kouame 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *