A l’initiative de la mutuelle « Actions pour le Développement de Gbémazo », un séminaire de formation à l’entreprenariat en milieu rural au profit des femmes et des jeunes a eu lieu le vendredi 28 août 2020 à Gbémazo (sous-préfecture de Worofla département de Séguéla). La rencontre, qui ciblait les populations des villages de Gbémazo, Kondogo et Karaba, avait pour objectif de leur permettre d’exploiter au mieux les potentialités de la localité, notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la construction et du commerce.

Le séminaire d’information et de formation, dispensé par des experts du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant et de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, ambitionnait, selon le Secrétaire Exécutif de la mutuelle, Bakary Sanogo, de permettre aux femmes et aux jeunes de s’informer sur les facteurs de réussite, et surtout de s’engager dans la mise sur pied d’activités génératrices de revenus.  « De nombreuses opportunités ne sont pas du tout exploitées par manque d’informations, de formation, d’esprit d’entreprise, d’ambition ou du fait de contraintes socio-culturelles. Cette formation devrait contribuer à susciter des interrogations et, à terme, un changement de comportement…», a-t-il déclaré à l’ouverture de la rencontre au Centre Culturel de la localité.  Représentant la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Dr Binaté Fofana Namizata, Conseiller Technique chargé du Genre, a souligné qu’avec une meilleure organisation les femmes parviendront à plus d’autonomisation.

Au cours des échanges, elle a exhorté la quarantaine de participants à se considérer désormais comme des entrepreneurs et à s’armer de persévérance. Dr Binaté leur a recommandé de se regrouper en coopératives afin de bénéficier de possibilités de financements. Le chef de l’Antenne Régionale de l’Agence Emplois Jeunes de Daloa, Yaya Koné, a expliqué aux participants les conditions d’accès aux financements mis à leur disposition, dans le cadre du Programme « Agir pour les Jeunes 3 ».  « Nous comprenons désormais l’utilité de nous regrouper en coopératives. Ainsi, il sera plus facile de vendre nos produits et nous soutenir mutuellement », a indiqué Manata Sanogo, présidente de l’association « Tout Petit » de Gbémazo.

Grace O.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *