Du 05 au 08 Août 2021, la ville de Bongouanou vivra au rythme de la 1ère   édition de Blakpa Festival, Moronou 2021. Le lancement de l’évènement qui réunira durant quatre (4) jours les femmes du monde rural a été fait, le 10 juin 2021 à l’Hôtel de ville au Plateau en présence de plusieurs personnalités et partenaires.

Blakpa en Akan veut dire: “Bonne femme’’.Avec pour thème: “Femmes, boostons nos compétences“. Ce festival est dédié à la promotion des compétences et talents féminins. Blakpa Festival, aux dires de son Commissaire général, Ivoire Estelle Zadi, bien qu’en prenant ses sources dans la région du Moronou se veut itinérant. C’est justement ce qu’a salué André Kouassi, représentant du ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement Rural.

« L’organisation d’un festival dédié aux compétences et aux talents féminins qui se déroulera en zone rurale, apparaît comme un tremplin de célébration, mais aussi de renforcement du vivier des talents féminins. Nous saluons une telle initiative qui s’inscrit notoirement dans la vision d’autonomisation des femmes, de toutes les couches sociales du président Alassane Ouattara. Cette vision est perçue par le patron de l’administration agricole qu’il ne cesse d’encourager toutes les actions menées par et pour les femmes », a-t-il indiqué.

Pour cette 1ere édition, Blakpa Festival est accompagné par des partenaires dont le Centre Régional des Œuvres Universitaires Abidjan1(CROUA1), dont le directeur général, Dr Dely Mamadou a bien voulu donner les raisons de l’intérêt que son institution accorde à cette initiative.  « C’est vrai que nous avons en charge de loger et nourrir, mais aussi de l’épanouissement de l’étudiant pendant son cursus dans les cités et les campus universitaires, mais nous préparons également les citoyens de demain. Blakpa Festival parle de la promotion des compétences et talents féminins qui se préparent à l’école.

Voilà pourquoi, nous venons là pour que nos étudiantes puissent trouver en ces femmes des modèles pour préparer leur avenir. Nous nous inscrivons donc dans cet esprit et nous comptons accompagner réellement ce festival qui au-delà du thème contribue au renforcement de la cohésion nationale, vu que toutes les régions du pays seront réunies. Nous passons souvent notre temps à nous faire peur par la politique. Quand on parle de la culture, personne n’a peur et tout le monde a envie d’y être et surtout pour faire la promotion de la femme qui est le sel de la vie », s’est-il réjouit. Il faut souligner que pour cette première édition, c’est la République sœur du Sénégal qui est l’invitée spéciale.

GRACE OZHYLLY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *