Sylvain Takoué,  sort un livre sur l’École ivoirienne et la Ministre Mariatou Koné

 

Annoncé par voie de presse depuis le 25 mai 2021, le nouveau livre-épopée du journaliste-écrivain Sylvain Takoué, est sorti au grand jour, ce 8 juin, aux éditions Scripta, en Côte d’Ivoire. On rappelle que ce livre, de 324 pages, s’intitule Ecole ivoirienne, le grand retour-Epître au Pr. Mariatou Koné.

Véritable exaltation de l’instruction publique, cet essai de réflexions enflammera, à sa lecture, bien des passions sur la haute culture que l’auteur appelle de tous ses vœux, dans une Ecole ivoirienne réformiste. Et c’est à la nouvelle ministre de l’Education nationale, Mariatou Koné, que le journaliste-écrivain, inspiré comme jamais, s’en remet pour faire bouger utilement les lignes. Son livre, qu’il présente lui-même poétiquement comme une «ode à la beauté naturelle» subliminale de la ministre, invite celle-ci à lui faire ressembler aussi, par sa carrure intellectuelle, l’Ecole ivoirienne dont elle a désormais le destin futur en mains.

A coup sûr, ce livre qui à la fois encense et remobilise, caricature et magnifie, jouant habilement sur les sensibilités de la gloire de faire instruire les enfants à l’Ecole authentique, apportera intellectuellement beaucoup d’eau au moulin de la nouvelle ministre. Qui a déjà, quant à elle, prit les devants, comme en saisissant le taureau par les cornes : reformer convenablement, dans tous ses compartiments, l’Education nationale, pour lui redonner ses lettres de noblesse. On s’en fera une idée plus précise, une fois ce livre passé en grande distribution chez les libraires. Mais à tout seigneur, tout honneur, dit l’adage:

l’auteur et son équipe entendent d’abord symboliquement en donner la primeur à la ministre Mariatou Koné elle-même, en lui remettant en personne le premier exemplaire du livre dédicacé, avant la distribution grand public. Il est bon de noter que cette œuvre, qui se positionne comme la “conscience” de l’Ecole ivoirienne, pourrait ouvrir d’heureuses pistes de bonnes autres réflexions comme celles, croustillantes, qu’elle distille au fil de ses pages. Etant donné qu’elle ne s’est pas bornée à ne faire que le tour de la brûlante question de l’Ecole en Côte d’Ivoire, mais à faire aussi des propositions concrètes au système éducatif ivoirien, qui en a besoin.

GRACE OZHYLLY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *