8-6-2019 (femmeinfos.ci) Le rêve des dirigeants africains de briser les barrières tarifaires, en vue de la création d’une zone de libre-échange continentale en faveur des produits locaux, devient une réalité au fil des jours. Le processus de création de cette zone a connu un coup d’accélérateur le jeudi 30 mai 2019, avec l’entrée en vigueur de l’accord portant sur la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Cette entrée en vigueur qui fait suite à la ratification dudit accord en avril dernier par 22 pays, le seuil minimum requis, pour faire avancer ce processus révolutionnaire du développement économique de l’Afrique, a amené certains des pays encore réticents à revoir leur copie. Le Nigéria notamment, a marqué le pas, le mardi 21 mai 2019, au lendemain de l’ouverture des négociations bilatérales entre les Etats sur la composition des produits à échanger dans la cadre de la Zlecaf.

Ce mardi 21 mai 2019, en effet, le Ministre nigérian de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Okechukwu Enelamah, levait le coin du voile sur la volonté de son pays d’embarquer urgemment et à temps dans le train du processus de création de ce marché unique de plus d’un milliard de consommateurs.

Entamées le lundi 20 mai 2019, les négociations bilatérales sur la nomenclature des produits prennent fin ce jour, samedi 8 juin 2019, à Addis-Abeba en Ethiopie par une conférence ministérielle. Le clou du processus est prévu pour le 7 juillet 2019, avec le grand sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra à Niamey au Niger, pour lancer la première phase opérationnelle de la Zone de libre-échange continentale africaine.

Sonia Traoré  

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *